Vous êtes ici: Accueil // Voyager // Grands vins, belles tables et paysages grandioses, le Priorat se savoure

Grands vins, belles tables et paysages grandioses, le Priorat se savoure

Paysage du Priorat en Catalogne

A une bonne heure de route de Barcelone, au dessus de Tarragone, il est un coin d’Espagne, en Catalogne, trop souvent oublié des touristes et même des gastronomes, le canton du Priorat. Voici une invitation à le savourer au travers de ses vins, ses tables, son histoire et ses paysages grandioses.

En effet, c’est dans un dédale magnifique et chaotique de vallées délimitant terrasses, coteaux et autres monts escarpés, aux sols de schiste et de quartzite qui retiennent l’eau, que sont produits de très jolis vins dont deux appellations, l’AOC Priorat et l’AOC Monsant.

Des vins qui sont à l’honneur chaque année au mois de mai durant la très populaire Fira del Vi (foire aux vins) de Falset. Sa 24e édition se tiendra les 3, 4 et 5 mai, l’occasion d’aller passer quelques jours de l’autre côté des Pyrénées pour le pont du 1er mai !

Les domaines exposants proposent leurs vins en dégustation et tout le week-end se tiennent des manifestations en parallèle telles des conférences, des séances d’initiation à la dégustation, un concours de cuisine au vin, des journées de portes ouvertes dans différents celliers, des présentations d’huiles d’olive… Sans oublier le défilé traditionnel, haut en sons et couleurs, de la victoire contre le phylloxéra.

Mas Alta et Vinyes Domènech, les domaines perchés

Aussi, avant de se rendre à la foire, il faut absolument partir à la conquête des routes en lacets du Priorat afin de découvrir quelques vignobles et autres lieux d’intérêt.

A commencer par la somptueuse Bodega Mas Alta, sur les hauteurs de Vilella Alta, dans la partie sud de Montsant, avec vue époustouflante en haut du vignoble.

Cette cave fondée en 1999 par deux familles belges n’a cessé de se développer en récupérant de vieux vignobles et en en plantant de nouveaux. Aujourd’hui conseillés par les oenologues Michel Tardieu et Philippe Cambie, ce sont deux jeunes diplômés de Montpellier, Bixente et Diane Ocafrain, qui s’occupent du domaine.

Ils s’affairent sur 35 hectares en conversion en biodynamie de Carignan, Cabernet Sauvignon et de Syrah sur des sols d’ardoise essentiellement. Auquel s’ajoute l’achat de raisins auprès de producteurs locaux.

La bodega propose de bien jolis vins, comme cet Artigas blanc qui assemble les cépages Grenache blanc, Macabeo et Pedro Ximénez pour le plus grand bonheur. Passé en fût de chêne offre une bouche intense, ronde, avec du fruit, des épices et toujours une grande fraicheur. Ou bien encore le très beau Creu Alta, un vin puissant et fruité, doté d’une belle structure et d’une grande minéralité. A visiter absolument !

Dans une approche très nature et terroir les Vinyes Domènech sont également un immanquable du Priorat.

Au nord de Capçanes, à L’orée de la Réserve Naturelle de Llaberia, au terme d’une route aussi minuscule que sinueuse, la famille Domènech, originaire de Falset, a repris au début des années 2000 l’un des domaines les plus fameux du Priorat. Ici on travaille de très vieux Grenache, le fameux Garnatxa en catalan, mais aussi du Grenache Poilu (Lledoner Pelut) et du Merlot dans le respect le plus strict de l’environnement.

Pour le comprendre il faut faire une sortie dans les rangs de vignes avec le maitre des lieux, Juan Ignacio Domènech, y découvrir la flore sauvage, la goûter même pour y retrouver plus tard ses notes dans les cuvées de la maison.

Ce que l’on peut vérifier en s’offrant un déjeuner autour d’accords mets-vins au coeur de la propriété. Dans un décor à la fois moderne et pittoresque, avec vue imprenable sur les montagnes environnantes, on se fait plaisir avec un apéritif au blanc Bancal del Bosc, floral, avec des notes de fenouil et une jolie finale saline.
On enchaine avec des plats aussi savoureux que créatifs pour les accompagner du fameux Teixar, issu de vignes centenaires, puissant mais équilibré, avec du fruit, des tanins maitrisés et une jolie complexité. Très réussi. Ou bien encore un Furvus, dont l’intensité et le fruit sur une belle structure ne manquent pas de séduire.

Une échelle pour monter au ciel et une table étoilée

Autre bout du monde, autre belle table, Els Brots à Poboleda. Dans le petit village au bord du Riu de Siurana, Pieter Truyits est venu attraper son étoile au Michelin au coeur du Priorat. Ce belge débonnaire, comme il se doit, jongle avec la créativité et les produits d’excellence pour surprendre les convives.
Dès la mise en bouche, avec des bouchées servies sur une sculpture de sa main, ou bien encore les différents pains déposés dans un cornet de fil d’acier, le ton est donné.
On se régale d’un Carpaccio de coquille Saint-Jacques, céleri, morue marinée, wakamé, purée de chou fleur et pain croustillant, comme du Ris de veau caramélisé, crevettes et pomme de terre en purée ou du Cou d’agneau confit et risotto aux cèpes ! La Glace wasabi, fraises, crème de fraises, crème de thé vert et huile d’olive est plus clivante, mais on se laisse surprendre.

On ne saurait se contenter de boire et manger, aussi bon cela soit-il, sans partir à la découverte des paysages et autres richesses de ce Priorat. Et pour cela quoi que mieux que de se rendre là où tout a débuté ?

Il faut alors prendre de la hauteur et se rendre à la Chartreuse Escaladei au pied de la Montagne de Monsant. La légende raconte qu’un berger y avait rêvé d’une échelle posée à la cîme d’un pin, d’où montaient et descendaient des anges… L’Escaladei, l’échelle de Dieu en Français.

C’est à la fin de l’invasion musulmane en Espagne que des moines de l’Ordre de la Chartreuse sont venus de Provence au XIIe siècle pour y fonder la première Chartreuse de la Péninsule ibérique.

Elle y rayonna jusqu’en 1835. Ce qui permit de developper la population et l’économie alentours, d’y bâtir des moulins, de développer la culture de la vigne. Le Prieur, qui donna son nom au pays, le Prieuré-Priorat, était le seigneur de tous les villages du centre de l’actuelle «comarca » (canton), la zone correspondant approximativement à l’actuelle appellation vinicole DOC Priorat.

Aujourd’hui on se promène au milieu de ses ruines selon un itinéraire commenté. On imagine la vie monacale au travers des restes des trois cloîtres, de l’église, du réfectoire ainsi que d’une cellule parfaitement reconstituée dans ses moindres détails.

Siurana, spectacle panoramique et gastronomique

Toujours plus haut, entre la Serra de Montsant et les Montagnes de Prades, le hameau de Siurana s’atteint au bout d’une petite route qui sinue dans un paysage fabuleux. Sa vingtaine d’habitants est largement complétée par les nombreux touristes qui se rendent ici pour profiter de la vue au célèbre à pic baptisé le saut de la Reine Maure (selon la légende d’Abdelazia, fille du Vali de Siurana, à l’arrivée des troupes chrétiennes victorieuses préféra se jeter dans l’abîme avec son cheval plutôt que de tomber entre des mains ennemies). On y visitera aussi les vestiges du château arabe ou l’église de Santa Maria, une construction romane du XIIe (en cours de restauration aprèss avoir été foudroyée). Notons qu’il s’agit aussi d’un haut lieu de l’escalade avec deux voies de neuvième degré particulièrement renommées. Enfin le 9 Mai est célébrée la fête du Jubilé de Siurana qui voient des processions parties des villages voisins rejoindre le site.

Pour une halte gourmande, le restaurant Els Tallers (restaurant de l’hôtel La Siuranella) mérite incontestablement son Bib Gourmand. Plaisir pour les papilles avec par exemple ces Langoustines et spaghettis de cèpes, sauce aux pleurotes ou bien encore la Morue et ses carottes glacées au soja, aïoli au persil. Plaisir des yeux pour le dessert, en show du Chef Pau Escriu qui prépare sur une grande plaque blanche posée sur la table un dessert à la fois gastronomique et artistique.

Parmi d’autres lieux à découvrir citons le village de Gratallops, en hauteur sur la rive droite du Riu Siurana. Dans ce charmant lieu où les vieilles pierres donnent tout leur charme aux petites rues pavées, on ne manquera pas non plus la Casa dels Frares (la Maison des Frères) à la porte voûtée de style Renaissance en pierres de taille ou bien à l’Arc de Pedra (arche de pierre rouge), qui enjambe la rue principale.
Il y a aussi l’église paroissiale de Sant Llorenç, mais l’immanquable se trouve en dehors du village, plus haut sur la colline. il s’agit de la chapelle-ermitage de la Consolació du XIIe siècle. Elle offre un superbe panorama, notamment sur les vignes d’un certain Alvaro Palacios. Vigneron star dont l’un des vins, parmi les plus réputés du monde, honore de son nom le lieu, l’Ermita bien sûr.

Un peu de France et de Gaudi

Revenons en au vin et par la même occasion à l’influence française dans le Priorat. Ici tout est parti de la famille Perinet, des Français venus s’installer à La Morera de Monsant au XVIIIe. En 1998 le vignoble a été remis en place et totalement réinventé par ses nouveaux propriétaires en 2014. Aujourd’hui plus de 30 hectares en terrasses accueillent Grenache, Carignan, Sirah, Cabernet et autre Merlot.
Le domaine Perinet s’est équipé d’installations aussi modernes qu’accueillantes et, dans un univers aux airs de Gaudi (le chai est incroyable !), il produit des vins de fort belle facture.
Le mieux est d’aller s’en rendre compte par soi même en s’offrant une visite des lieux (de 1h30 à la journée complète selon formule) avec une dégustation commentée en fin de parcours.

Enfin la découverte des vins du Priorat ne saurait être complète sans une halte au Celler Coperatiu de Falset. La cave coopérative construite en 1919 par l’architecte César Martinell, ami et disciple d’Antoni Gaudí, présente tout d’abord un intérêt architectural avec sa façade d’inspiration médiévale, et par les arcs paraboliques qu’il renferme.
On la découvre lors d’une visite qui inclut la dégustation des vins Ètim, la marque emblème de la coopérative, ainsi que de très beaux vins mutés.

A Falset on se fera aussi un apéritif sur la terrasse calme et ombragée de l’Hotel Sport dont le restaurant offre également une cuisine locale généreuse et savoureuse. On pourra aussi se faire un diner à El Cairat petit restaurant d’une vingtaine de couverts qui offre à ses clients une cuisine typique du marché, créative avec des produits frais et locaux, de préférence Bio.

Le charme d’un bel hôtel rural

Pour séjourner dans le Priorat il faut se rendre à quelques kilomètres de Falset, à Els Guiamets, non loin du réservoir du même nom.
Alimenté par le Riu Capçanes cette retenue d’eau artificielle abrite une grande variété d’oiseaux tels que le Héron cendré, le Martinet, le Cormoran ou bien encore le canard Colvert. Il est possible de louer des canoës pour s’y promener et les observer aux beaux jours.

Mais pour en revenir à l’idée de se poser dans un petit nid douillet, l’Hôtel Cal Torner est une adresse à privilégier. Installé dans une bâtisse du XVIe siècle au coeur du village, non loin de sa petite église (attention le carillon sonne la nuit !), l’hôtel rural respire d’un charme délicieux.
Dans cette maison rurale, la pierre se marie au fer forgé, au bois et au verre pour offrir une ambiance des plus chaleureuses, dans les parties communes comme dans les 7 chambres au confort moderne.
Et que dire de l’accueil réservé par Antonia et Jordi, les propriétaires, si ce n’est qu’il est des plus attentionnés. Il suffit de savourer leur petit déjeuner pour comprendre qu’ils aiment prendre soin de leurs hôtes ! Attention, l’établissement est réservé aux personnes de plus de 14 ans.

A quelques heures de Paris, le Priorat sait recevoir, alors il faut aller à la découverte de ses incroyables paysages, de son histoire, prendre du temps pour apprécier ses vins et ses tables en compagnies de ceux qui en assure chaque jour la qualité.

Avant de repartir, sur la route de Barcelone, on s’arrêtera au Mas La Boella à Tarragone. Ce chic hôtel boutique au coeur d’un beau domaine, compte 13 suites de grand confort, et propose une belle table.

 Sa cuisine méditerranéenne est pensée avec goût. Les légumes, épices et huiles produits dans la propriété accompagnent savoureusement les poissons fraichement débarqués du port voisin de Cambrils.

L’occasion de se souvenir que si le Priorat n’a pas géographiquement d’accès à la mer, celle-ci si proche, participe inévitablement à le rendre si agréable à vivre.

 

Le Priorat en images

Vin blanc du Priorat

Cliquez sur la photo pour accéder à la galerie

 

Voir le site de la Bodega Mas Alta.
Voir le site de Vinyes Domènech. 
Voir le site du restaurant Brots.
Voir le site de la Chartreuse Escala Dei.
Voir le site du village de Siurana.
Voir le site du restaurant Els Tallers.
Voir le site du Mas Perinet.
Voir le site de la Foire aux Vins de Falset.
Voir le site de l’Hotel Sport. 
Voir le site du restaurant El Cairat. 
Voir le site de l’hôtel Cal Torner. 
Voir le site du restaurant La Boella.

Partagez l'info !
  • Print
  • email
  • Digg
  • Tumblr
  • Ping.fm
  • Google Bookmarks
  • viadeo FR
  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter

Tags: , , , , ,

Commentez

Copyright © 2010 Cuisine & des Tendances. Tous droits réservés. Google+
Design par Theme Junkie. Propulsé par WordPress.

- L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération -